La Petite Fille à la Mine de Papier Mâché
 
Accueil
Chapitres
Téléchargements
Vos réactions
Contact
 
 
          Accommodements


Nos parents sont complètement fous !
En accord avec notre mère, notre père a donné son nom à Pierrot. Il l’a reconnu, et, ils ont également décidé que c’est lui qui s’occuperait du petit. Pourtant, en rentrant de vacances, Pat et moi avons appris une très mauvaise nouvelle qui va encore nous séparer. Papa nous a inscrits, pour le début octobre, comme pensionnaires dans une institution (laïque). On est très contrariés et très tristes tous les deux. Ce bonhomme qui pense, et dit à qui l’écoute, avoir de la suite dans les idées, nous semble plutôt avoir des idées sans suite ! N’étant déjà pas apte à nous élever, nous, comment va-t-il faire pour élever ce bébé ? Il vient de le retirer de chez la nourrice de Boissy et il l’a fait hospitaliser à son travail, la Salpêtrière, pour cause d’anémie. Nous étions allés voir Pierrot avec Papa et la moto Rosalie, à Boissy, juste avant son hospitalisation ; notre mère se trouvait là et elle était radieuse. Je ne lui ai pas beaucoup adressé la parole, je suis une boudeuse, parait-il. Mais ma mère peut-elle seulement imaginer mes interrogations, mes doutes sur ses sentiments à notre égard, quand je vois avec quelle faculté elle peut vivre loin de nous, sans nous ! Elle semble tellement respirer la santé et la joie de vivre. Elle n’est pas anémiée, elle… que tout cela en est indécent! Pourvu qu’elle ne confie pas à Papa, toute la progéniture qu’elle a peut-être l’intention d’avoir avec son ami… car, si entre nos deux parents, il vient d’y avoir un jugement de séparation, malgré ça, ils s’entendent plutôt bien ! Papa a même un nouveau tampon où ils sont inscrits tous les deux, avec… leurs trois enfants, et lui ne se prive pas de tamponner tout ce qui lui tombe sous la main. Maman est au courant et cela l’amuse. Moi, je ne les comprends vraiment pas, puisque Maman vit à l’hôtel et qu’elle voit son ami à chaque fois qu’il vient en permission. Actuellement il fait son service militaire. D’ailleurs, Papa, Maman et son ami se sont fait photographier ensemble sur le parvis du Sacré-Cœur. Pour que Papa ait le change, Maman lui a présenté Jeannine, une copine, qui travaille avec elle au Café du Commerce près de la Bourse. En attendant la pension, Pat et moi allons nous promener dans notre quartier ; aujourd’hui au musée des Arts et Métiers. Sur le Boulevard Sébastopol, on traverse le square Chautemps et on arrive rue Saint-Martin. Pat sait très bien se diriger tout seul, pourvu qu’on lui montre une fois le trajet. Au rez-de-chaussée du musée, dans la Salle de l’Echo, on va voir un phénomène étonnant : deux personnes peuvent se parler à voix basse, en se plaçant face au mur, chacune dans un coin opposé de cette grande salle.