La Petite Fille à la Mine de Papier Mâché
 
Accueil
Chapitres
Téléchargements
Vos réactions
Contact
 
 
          Ca va mieux


On pavoise rue Chénier. Jean-Louis à obtenu son C.A.P. d’aide-comptable et, il travaille à l’hôpital Tenon. Sur les conseils de mon paternel, il a fait un devancement d’appel pour faire son service militaire. Il souhaite suivre une formation de caporal. Mon père, ravi :
« Surtout, suit bien ta formation de caporal ! Sache bien, que s’il y avait une troisième guerre mondiale, tu partirais avec le grade de sergent ! »
Bon…Ok…C’est très encourageant…mais pas follement rassurant.
La période est au changement total de mon existence. Fin septembre, je rentre à l’Assistance Publique comme agent temporaire. C’est dans un hôpital d’enfants, (Hérold dans le 19eme), que j’ai été affectée ; cela tient sûrement au fait que, les enfants, je les connais bien.
Avec Jean-Louis nous sommes allés voir son frère et ce qui lui sert de belle-sœur. Ils n’en menaient pas large lorsqu’il les a priés de ne s’occuper que de leur vie et pas de la notre. Elle, était allée pleurer dans la chambre. Lui, était embarrassé :
« C’est de la faute des parents ! La mère n’arrête pas de nous asticoter au sujet de Régine dont elle ne veut pas entendre parler, et, le père n’a aucune autorité pour lui dire que tu es assez grand pour savoir ce que tu as à faire. »
Jean-Louis a eu une autorité et un amour assez grand pour s’imposer auprès de sa mère :
« Je pars bientôt faire mon service militaire ; mes permissions je les passerai rue Chénier avec Régine et nous avons l’intention de nous marier dès que j’aurais terminé mes classes. »
Depuis ce jour, ni elle ni mon père n’eurent plus d’emprise sur nous.