La Petite Fille à la Mine de Papier Mâché
 
Accueil
Chapitres
Téléchargements
Vos réactions
Contact
 
 
          La Colo


Le départ

Rue Chénier c’est l’effervescence. Papa prépare nos vêtements d’été. Nous, on lui emboîte le pas en faisant un va et vient permanent de la salle à manger à notre petite chambre ; lieu que nous occupons mon frère et moi, aussi bien pour nos jeux que pour faire nos devoirs. Papa nous a acheté des lits gigognes (superposés) pour que l’on ait plus de place. J’occupe le lit du bas et Patric celui du haut. Il dispose pour ses objets personnels d’un cosy (meuble-étagère, allant d’un bout à l’autre du lit), suspendu au mur au dessus de son lit. On partage une grande commode à deux et une imposante armoire en commun avec Papa, qui, lui, dort dans l’autre pièce sur le divan (canapé-lit). Nos allées et venues incessantes l’agacent, car avant de ranger nos affaires dans nos deux valises il imprime nos vêtements à notre nom, à l’aide d’un tampon, avec de l’encre de chine. Pour lui c’est plus facile car il ne sait pas coudre « à part les boutons ». Et pourtant, il faut absolument que tous nos effets soient marqués pour revenir avec nous, de la colonie de vacances où nous partons mon frère et moi !
Contrairement à l’année dernière où il n’était qu’avec des garçons… Patric est radieux, car cette année il y a la mixité à la colo. Pour moi, c’est ma première colo, et ce qui me ravi… moi, c’est d’y aller avec mon frère et de ne plus avoir d’école pendant deux mois.



Le Petit Chanteur à la Croix de Bois

Nous avons fait le voyage de nuit, en car, pour arriver à Reillanne dans les Basses Alpes (Alpes de Haute Provence) dans la journée. Ici nous dormons dans de grandes tentes rectangulaires en toile verte. Nous avons des lits, posés sur un plancher, qui ressemblent à ceux des hôpitaux ; ils sont alignés des deux côtés de l’allée centrale. Il y a beaucoup de tentes, elles aussi alignées, avec une très large allée au centre. Les tentes des garçons d’un côté, celles des filles de l’autre. J’ai bientôt huit ans et demi, mais je fais parti des petits ; les plus grands enfants étant presque adolescents, nos jeux et nos sorties se font séparément, car nous n’avons pas la même cadence. Dans la journée garçons et filles sont ensemble, mais heureusement que j’ai une bonne copine car Patric se trouve dans la section des moyens. On se retrouve au moment des repas dans le bâtiment du réfectoire, ou dans la soirée lors de certains jeux collectifs, et, si le temps s’y prête, autour d’un feu de camp. J’adore les feux de camp !
Il fait beau et chaud et la nature est verdoyante. C’est heureux que cette nature soit si belle car il arrive que l’on aille en promenade en passant sur le bord de la route, près du bitume, sans arbres pour nous protéger du soleil, ce qui nous fait transpirer et nous donne soif. Pourtant nous devons attendre l’heure du goûter pour nous reposer sur l’herbe et nous désaltérer, sans compter qu’en marchant nous apprenons les chansons de circonstance…
« Un kilomètre à pied, ça use, ça use…et ça donne soif !».
A Reillanne, il y a des moniteurs pour les garçons et des monitrices pour les filles qui se rejoignent comme nous, puisque nos ballades sont communes. Les « monos » organisent des jeux de piste, et là c’est vraiment bien, nous allons dans les chemins ombragés de la forêt. De surcroît on pense moins aux kilomètres à parcourir, vu que notre attention se porte sur les énigmes à résoudre afin de trouver notre chemin et d’arriver au bout du circuit.
Je l’avais déjà aperçu… mais hier je l’ai vu ! Nos regards se sont croisés. Au camp, il était avec ses copains, moi avec ma copine Florence. Lui et moi, nous avons composés pour faire cette phrase :
J’ai commencé avec « Il fait beau aujourd’hui…
En me souriant, il a repris… Et le soleil brille ! ».
Deux petits cœurs se sont mis à battre au moment où nous avons fait « Tilt ».Bastien et moi avons le même âge, alors aujourd’hui nous sommes ensemble pour cette sortie en montagne. Au terme d’une longue marche, c’est la récompense de nos efforts, car après le pique nique et un peu de repos, tous les enfants sont heureux de se baigner dans un bassin d’eau claire arrivant d’une source, (Ce point d’eau est enclavé par la roche et les cailloux). Pourtant, si maintenant je suis ravie de patauger dans l’eau pour me rafraîchir, ravie aussi qu’avec Florence et Bastien on fasse les petits fous en s’aspergeant, il n’en était pas de même lorsque qu’on s’est tous présentés en maillot de bain. J’étais la seule petite fille à ne pas avoir de maillot deux-pièces ; j’avais la même tenue que les garçons. Je ne voulais pourtant pas montrer ma poitrine à tout le monde, alors je me suis mise à pleurer. Malgré la gentillesse de mes deux amis, j’étais inconsolable :
« C’est pas grave Régine, on sera dans l’eau !
- Oui mais l’eau… j’en n’aurais que jusqu’à la taille ! »
Puis, regardant mes vêtements… la bonne idée me vint de mettre, avec l’aide de Florence, mon foulard en bandage autour de ma poitrine. Le tour était joué !
Bien que Bastien ait repêché mon foulard … que j’avais perdu sans m’en apercevoir, je me suis bien amusée !
Bastien est aux anges. Il a été sollicité par les monos qui ont créé une chorale (lyrique) pour la section des petits. La raison, de cette attention à son égard, est que Bastien est un Petit Chanteur à la Croix de Bois. Il a accepté d’interpréter les chants d’un répertoire (non religieux), que nous reprenons tous en chœur. Il chante bien mon petit fiancé et il est beau avec ses cheveux roux ! Comme moi, il a les yeux verts, et, je suis vraiment fière que se sois moi qu’il aime le mieux. D’ailleurs, j’adore jouer à ce jeu où nous formons une ronde avec les autres enfants ; quand il se trouve au centre, Bastien doit choisir entre deux fillettes qu’il est allé chercher dans la ronde.
« Entre les deux… mon cœur balance, je ne sais pas… laquelle aimer des deux ! » Bastien, lui, il sait ! Sa préférence, à lui, c’est moi !
Quand, à mon tour, je me trouve au milieu de la ronde, ma préférence va une fois pour Florence, une fois pour Bastien.



Sobriquets

Pat et ses deux copains, « Jo » et « Sac d’Os », s’aventurent souvent vers les tentes des filles, attirés tous les trois par deux d’entre-elles.
Patric m’en a parlé, c’est avec beaucoup de fantaisie qu’elles se font surnommées « Bébé Rose » et « Bébé Lune ». Seulement voilà, il y a un problème ! Mon frère et ses copains ne sont pas à leur goût, car les Bébés…se sont eux ! Ils sont dans la section des moyens, alors que ces filles, qui paraissent déjà un an de plus que leur âge, elles, sont dans la section des grands, et, elles ont déjà des copains ! Tant pis, Patric ne s’avoue pas vaincu. Son dévolu se porte maintenant sur Lydie. Comme c’est curieux…elle aussi préfère les garçons de son âge. Qu’à cela ne tienne, Pat ne renonce pas ! Il a bien raison, puisque la petite sœur de Lydie, « Etoile » est tout à fait sensible aux grands yeux bleus de mon frère et… ils sont dans la même section.
Patric est amoureux ! Si bien que pour montrer à Etoile qu’elle occupe toutes ses pensées, il s’est gravé un cœur en s’égratignant le haut de la cuisse à l’aide de son petit canif. La peau a saigné, en séchant elle a fait une croûte qui a formé le cœur. Pauvre Pat, il a dû souffrir?! Mais il faut bien que sa belle perçoive, à quel point mon frère sait, qu’il n’a pas perdu au change avec elle ; car comme il le dit « Une étoile, ça brille de partout ! » Patric me révèle que Jo a gravé mes initiales, près des siennes, sur le côté de sa table de nuit, car parait-il, il me regarde beaucoup. Pourtant, alors que moi aussi je l’ai remarqué, je l’ai vu porter son attention ailleurs. Peut être est-il un drôle de jojo ? Mais, mon petit doigt me dit que c’est bien fait pour moi ! Car moi, j’ai fais le pire ! J’ai été détestable avec Bastien ; je l’ai envoyé sur les roses (le mot est léger), ne voulant plus de lui. Il était très triste.