La Petite Fille à la Mine de Papier Mâché
 
Accueil
Chapitres
Téléchargements
Vos réactions
Contact
 
 
          Patric et Monique


Actuellement, rue Chénier, « le père je dénigre »…dénigre.
Ceux qui sont dans le collimateur : Patric et Monique.
Ce sinoque, qui nous fait changer d’emploi comme de chemise, après que mon frère, de plongeur, soit redevenu commis de cuisine et, qu’ensuite il ait travaillé comme commis de bar au ministère des affaires étrangères, se trouve actuellement placé comme vendeur manutentionnaire dans une grande graineterie alimentaire du 19eme arrondissement ; vendant toutes sortes de fruits et de légumes secs.

Pour plus de commodité et afin qu’il soit à l’heure le matin, son patron lui a proposé de prendre en charge le loyer d’une chambre d’hôtel, proche de la boutique. Patric a accepté de bonne grâce, cette situation le rendant plus autonome vis-à-vis du sinoque qui, lui, semble inquiet de voir son fils lui échapper au profit de cette intruse.
En effet, si mon frère, par certains côtés, est encore vulnérable et influencé par l’autorité paternelle, par ailleurs, il prend son envol pour évoluer et s’affirmer sur le plan sentimental.
Monique qui habitait chez ses grands-parents, passage de La Bonne Graine dans le 11eme arrondissement, dispose à présent d’un petit logement deux pièces rue Rochechouart, et cela, depuis qu’elle a changé de crèmerie. Elle vend toujours du fromage, mais elle a diversifié son activité, dans un commerce qui fait également les fruits et légumes placés sur des étals devant la crèmerie.
Pendant que Patric vend ses légumes secs, Monique vend ses légumes frais …et son fromage. Pourtant, le fromage…elle n’en mange jamais, elle n’aime pas ça, à cause de l’odeur, la pauvre !
Pat déjeune le midi chez ses patrons qui habitent près des Buttes Chaumont.
Si Monique vient rejoindre mon frère à l’hôtel certains soirs, le plus souvent c’est lui qui rejoint sa belle, rue Rochechouart. Ça lui fait une trotte d’y aller à pied ! Il ne peut cependant pas prendre le métro, le paternel lui prend toute sa paye, ne lui laissant pas un sou.
Il me semble que les rôles sont inversés, c’est le fils qui pourrait dénigrer le père.
Pat arrive t-il à l’heure au boulot tous les matins ? Bien sûr…