La Petite Fille à la Mine de Papier Mâché
 
Accueil
Chapitres
Téléchargements
Vos réactions
Contact
 
 
          Printemps 55, cap au sud


Maman est très malade… c’est Papa qui le dit ! Elle est entrée à la clinique Victor Hugo à Paris pour être opérée du ventre, maintenant elle va mieux… ça, c’est le docteur qui l’a dit à Papa.
Notre chère Mémère est venue rue Chénier à la fin du mois de mars, pour nous garder, jusqu’à mon départ pour Nice sur la Côte d’Azur. Pourtant je ne suis pas aussi malade que Maman et, cependant, Papa me conduit à « Gai-Soleil », un home pour petits enfants de trois à six ans, réservé seulement aux gosses qui ont mauvaise mine. Vu que mon père me trouve « extrêmement pâlotte », il a l’intention de m’y laisser trois mois !

C’est beau la Côte d’Azur ! J’adore les palmiers ; il y en a de différentes grandeurs et ils poussent ici, dans un grand jardin tapissé de belles pelouses vertes sillonnées de petites allées. Un jardin où nous les enfants avons le droit de jouer, aussi, sur le gazon.
Nous sommes tous en effervescence en ce dimanche de Pâques car les cloches sont passées dans ce magnifique lieu pour le parsemer de chocolats, puisque nous avons tous été à peu près sages. Quelle chance qu’il fasse beau ! Je suis impatiente de trouver ma friandise : un gros œuf ? Une cloche ? Ou quoi d’autre ? Oui, ça y est ! Je l’ai trouvé mon chocolat, près d’un petit palmier :
« Mais c’est quoi ça… un poisson ? Non…un crocodile ! »
Je m’exclame, puis je suis inquiète et pensive. N’ai-je pas été assez sage, pour tomber sur cette bestiole ?! Heureusement qu’il est enveloppé, car dans son papier transparent, je ne crains rien. Je ne suis pas pressé de manger cet animal là ! Et pourtant… les autres enfants se délectent de leur trouvaille. Je m’assieds sur la pelouse en tenant mon crocodile par la queue. Je suis à la fois triste et honteuse d’avoir peur de cette petite bête en chocolat, pourtant, je n’arrive pas à me raisonner. Je m’apprête à l’abandonner derrière le palmier où je l’ai trouvé, mais … une dame du centre me propose de m’aider en défaisant son emballage. On dirait qu’elle devine mon trouble :
« Veux tu que je t’aide à en casser un petit morceau afin que cela soit plus facile pour toi ? »
C’est bien volontiers que je m’empresse de lui tendre mon cadeau de Pâques, en lui proposant qu’elle en morcelle la tête…
Je peux l’apprécier maintenant à sa juste valeur.
Après avoir quitté la clinique, ma mère, qui adore la Côte d’Azur, est arrivée en maison de repos pour un mois à Bandol. Elle en profite pour venir voir « sa fille ». Je suis heureuse de me retrouver avec ma Maman pour faire une longue balade sur la plage et quelques photos. Il y a un âne à Gai-Soleil, alors, Maman obtient la permission de me photographier grimpée sur son dos.
Pendant que je suis à Nice, ma mère à Bandol, mon frère qui devait être aussi « extrêmement palot » se retrouve, lui, à Hendaye au Pays basque, dans un établissement héliomarin de la Ville de Paris. Quant à mon père qui adore prendre des bains de boue, et ça tombe bien, puisqu’il est plein de rhumatismes, est en cure à Dax dans les Landes, et, il en profite pour aller voir son fils à Hendaye.
Ma parole ! C’est eux qui vont creuser le trou de la sécu…



Eté 55, à l’ouest de Paris

C’est l’été, retour rue Chénier ; enfin … en ce qui me concerne je ne fais que passer… juste quelques jours, le temps que mes parents rendent visite à la famille de Papa, pour leur montrer que j’ai bonne mine depuis que je suis revenue de Nice. Puis, je repars.
Je vais où Papa me pousse…avec la bénédiction de Maman.
Destination : une ferme de Condé sur Huisne, en Basse Normandie.
La fermière a une grande fille et nous sommes trois nourrissons venant des écoles de Paris. C’est dommage que mon frère ne soit pas avec moi, il passe ses vacances chez ses parrain et marraine. C’est moche ici, il y a plein de boue et il n’y a même pas de pelouses !
En tout cas, Papa ne m’oublie pas… Maman, si ! Vu qu’elle ne l’accompagne pas lorsqu’il vient me voir au mois d’août. Pourtant j’aurais préféré sa présence à elle ; elle est tellement plus calme que lui, finalement… peut être trop. Et puis, il a fait une fixation sur ma chevelure et cela a dû le tarauder, puisqu’il me conduit encore chez le coiffeur. Je ressors avec une coupe presque au dessus des oreilles ! Et ma frange, coupée à la chien, bien trop haute sur le front ! J’ose à peine me regarder dans la glace ! Je suis en colère contre ce coiffeur, qui a bien vu que j’avais déjà les cheveux courts en arrivant dans sa boutique !
Avant de repartir pour Paris, mon père m’achète une paire de bottes en caoutchouc, pour, dit-il, que « j’affronte » le long chemin rocailleux et boueux qui longe la ferme. Là, d’accord !