La Petite Fille à la Mine de Papier Mâché
 
Accueil
Chapitres
Téléchargements
Vos réactions
Contact
 
 
          Retour aux sources


Juste avant l’hiver, nous sommes de retour rue Chénier.
Si je suis soulagée d’avoir quitté la vieille au placard, j’ai été profondément blessée qu’elle ait, en accord avec son fils, dit à mon père :
«Votre fille est complètement folle. »
Il ne me l’a révélé qu’après m’avoir fait quitter cette place. Peut-être que je tiens de lui ? Pourquoi ai-je été aussi méfiante envers Jean-Paul, au point de ne pas lui sommer de se défendre devant les propos injurieux du vieux fada. Mais, je n’ai pas beaucoup de temps libre pour méditer sur le passé récent.
A la mi-décembre, j’ai un nouvel emploi de domestique. Je travaille chez un couple dans le 9ème arrondissement. Elle, est pharmacienne, lui, décorateur d’intérieur. Je dois m’occuper de leur fillette de deux ans et demi, pendant que madame se rend à son officine, car même si cette femme a une associée, son emploi du temps est aussi chargé que celui de son mari. J’ai un peu de cuisine à faire, des repas simples ; très peu de ménage. J’apprécie qu’ils aient un minuscule appartement et, c’est bien dommage, l’idée leur est venue de l’agrandir. Ils lorgnent le local vide contigu au leur. Ce petit logement me permet, en outre, de ne pas dormir ailleurs que rue Chénier. Cet « ailleurs » est très angoissant pour moi car il reste un lieu d’enfermement.
C’est à la mi-janvier 1967 qu’à mon grand plaisir mon frère nous rend visite à la maison. Ce sont des retrouvailles chaleureuses entre père et fils. Je ne pose aucune question sur leurs anciennes querelles. (Je n’apprendrai que beaucoup plus tard l’origine de l’éloignement de Patric). C’est avec beaucoup d’attention, devant un café et des petits gâteaux secs, que nous écoutons Patric nous raconter cet épisode de sa vie avec Monique depuis plus de six mois. Il a été embauché où elle travaille, dans ce commerce aux deux activités : crèmerie, fruits et légumes. Ils ont une chambre de bonne au cinquième étage dans laquelle ils ont fait installer, à leurs frais, un lavabo et l’eau courante. Auparavant ils n’avaient ce luxe que sur le palier.
Et puis, il y a cet évènement incroyable que mon frère nous annonce, Monique est enceinte, de cinq mois ! Ce très jeune couple attend déjà un enfant !
En cette fin janvier j’ai dix sept ans. Patric vient juste d’en avoir dix huit. Il est passé rue Chénier pour que l’on souffle, ensemble, nos bougies, que le paternel a mises sur deux galettes des rois.
Joyeux anniversaire…